logo

LA TRUFFE

 

S’il est un produit qualifiable de mystérieux, il s’agit bien de la truffe noire… La Drôme Provençale, et plus particulièrement le Tricastin, constitue la première région trufficole d’Europe ! Depuis le cavage (récolte) à l’aide d’un chien, jusqu’aux recettes, en passant par la différenciation des espèces, plusieurs trufficulteurs vous accueilleront pour vous permettre de percer le mystère du diamant noir… En saison, de décembre à mars, ne manquez surtout pas les si typiques marchés aux truffes afin de vous procurer des tuber melanosporum, ou tout simplement d’observer la négociation …

Tour à tour considérées comme des fruits de la foudre, des galles dues à des piqûres d’insectes sur les racines, des excroissances dont l’origine serait un suc tombé des feuilles, les truffes furent reconnues comme des champignons à la Renaissance par l’Italien Césalpino en 1583.

La truffe est appréciée depuis l'Antiquité : En Égypte, où, vers 2600 av. J.-C., le pharaonKhéops aimait à déguster des truffes lorsqu’il recevait les délégations qui venaient l’honorer. Dans la Bible ensuite, où les « pommes d’amour » que Léa, femme de Jacob, disputa à Rachel, vers les années 1700 av. J.-C., pourraient correspondre à des truffes.

Théophraste pensait que les truffes étaient des « végétaux engendrés par les pluies d'automne accompagnées de coups de tonnerre »[2]. Plutarque la considérait comme le produit de la fusion de 3 éléments (foudre + eau + terre). La truffe d'Italie est citée par le naturaliste Pline l'Ancien et par nombreux écrivains latins. Aujourd'hui les premières régions italiennes de récolte sont le Piémont, la Toscane, l'Ombrie et les Marches.

                                                                                           

Terrae tuberétait le nom de ce champignon pour les latins.

Dans l’antiquité, les Babyloniens mentionnaient déjà la truffe sur leurs tablettes. Il semble que cette truffe soit le TERFEZ qui croît dans le sable. Ensuite la truffe a conquit les tables des Sumériens, des Grecs et des Romains.

On retrouve la truffe au moyen âge, période pendant laquelle elle était considérée comme une production du diable (une fille de la terre, de l’eau et de la foudre).

En manger était faire commerce avec le diable et l’on s’écartait des truffières - en traverser une la nuit portait malheur. Beaucoup de choses alimentaient ces superstitions (brulé des sols, couleurs).

A partir du 15ème siècle la truffe fait des apparitions épisodique selon les régions.

Histoire de la truffeFRANCOIS 1er lors de son emprisonnement en Espagne goûta différentes sortes de truffes. Les trouvant à son goût il en voulut à sa table dès son retour d’exil. C'est l'époque où elle est utilisée comme remède pour de nombreuses maladies. Son médecin BRUYERIN CHAMPIER en fit plusieurs ouvrages ce qui lui valut le surnom de PARMENTIER de la truffe.

Depuis le 16ème siècle les truffes seront dégustées régulièrement à toutes les grandes tables et agrémentent les plats les plus raffinés.

Au 18ème siècle les familles bourgeoises de France se devaient au cours de banquets de servir au moins un plat truffé.

Au 19ème siècle la vigne fut victime du phylloxera et les paysans qui la cultivait se tournèrent vers la culture de la truffe. Les résultats furent encourageants en milieu naturel comme en plantation.

Au 20ème siècle les guerres de 1914 et de 1939 amenèrent le monde rural à abandonner les truffières.

La production de truffes qui était annuellement de 1000 tonnes au 19ème siècle est aujourd'hui réduite à environ 50 tonnes.

Depuis 1973, date de la premièremycorhization réussie (modification des racines d'un végétal provoquée par la mycorhize, champignon associé par symbiose à ces racines), la science et les chercheurs ne cessent d’améliorer cette technique ainsi que la qualité des arbres hôtes.